Saint-Pierre-des-Corps : bastion communiste, maire indétrônable

capture_carte_france_jdd_videovilles2014 (1)Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) figure parmi les exceptions françaises. Cette ville d’un peu plus de 15.000 habitants est le plus vieux bastion communiste de France : le PCF y est implanté depuis 1920. Moins connue que sa voisine Tours, la ville est pourtant l’une des plaques tournantes de la région Centre grâce à sa gare TGV sur la ligne Paris-Bordeaux. Son identité est marquée par son activité ferroviaire et sa population cheminote.
Marie-France Beaufils tient les rênes de la ville depuis 1983. À 67 ans, elle se présente pour un sixième mandat consécutif et reste grande favorite. Elle bénéficie de l’appui du PS après plusieurs semaines de négociations sur la ligne politique. En 2008, elle avait remporté les élections au premier tour, avec 57% des voix. Elle semble indétrônable : en trente ans, elle est devenue un pilier de la vie politique locale, se plaçant même au 3e rang des élus « cumulards » dans le département (205e rang national).
L’horizon 2017, où le cumul ne sera plus possible, changera la donne : si elle est réélue en mars, Marie-France Beaufils devra à terme choisir entre sa casquette de maire et celle de sénatrice. Le parti communiste devra alors préparer une relève politique suffisamment forte.

Madjéné Sangaré, Sébastien Guerche et Valentin Cruard (EPJT)