La presse aux sources de la jeunesse
Merci de patienter pendant le chargement de la page

La presse aux sources de la jeunesse

par Florian Cadu

Bientôt Noël. Comme tous les ans, de nombreux parents vont offrir à leurs enfants des abonnements à différents titres de presse jeunesse. Et ils ont le choix. De nombreux magazines juniors voient le jour chaque année. Leurs objectifs : divertir, informer et éduquer. Malgré les apparences, les exigences des jeunes imposent une réflexion et un travail des plus difficiles aux journalistes. Avec une condition fondamentale : s’adapter au profil et à l’environnement des enfants et des adolescents. Ce qui nécessite de bien les connaître et d’aller à leur rencontre.

[su_dropcap style= »simple » size= »5″]S[/su_dropcap]i vous avez déjà eu l’occasion de feuilleter un magazine jeunesse et d’y parcourir un article, il est peu probable que vous ayez rencontré des problèmes de compréhension. Que la revue soit destinée à un enfant de 8 ans ou à un adolescent de 17, qu’elle soit généraliste ou spécialisée dans l’histoire, que le papier traite de guerre de religions ou analyse le mécanisme de la photosynthèse. D’ailleurs, vous avez passé plus de temps à observer les multiples illustrations qu’à lire la totalité du texte. Peut-être que vous n’avez rien appris et que les définitions des mots soi-disant complexes vous auront été inutiles. Au moment de refermer le canard, vous vous êtes même dit que vous pourriez prendre la place des journalistes qui travaillent pour ce genre de journal, pâle copie simplifiée des vrais magazines que vous lisez habituellement.

Vous vous trompez.

le ballon qui éclate

S’adapter à un public jeune demande d’abord une recherche constante de la simplicité. Et comme le disait Georges Sand au XIXe siècle, « la simplicité est la chose la plus difficile à obtenir dans ce monde ». Depuis la parution du premier magazine jeunesse en 1934, Le Journal de Mickey, beaucoup de titres ont tenté de relever le défi. Aujourd’hui, ils sont 300 en France. Et la mission est bien plus complexe qu’on ne l’imagine.

Vulgarisation extrême

Dans l’écriture, cela se traduit par l’emploi de phrases courtes et de mots simples. « L’évidence, c’est un langage clair, sans jargon ni ellipse ou acronyme, même connu », note Emmanuel Deslouis, rédacteur pour Science & Vie Junior. Ce titre est le plus acheté par les adolescents français en 2014 avec près de 166 000 exemplaires par mois. Le premier objectif, c’est déjà que le lecteur comprenne ce qu’il lit. Et le vocabulaire d’un enfant n’est pas aussi riche que celui d’un adulte. Expliquer des concepts ou des notions de base est obligatoire. « Quand vous écrivez pour un adulte, vous partez du principe que des choses sont implicitement sues, expose Frédéric Fontaine, rédacteur en chef de Géo Ado. Ce n’est pas le cas avec un adolescent. Il faut tout expliciter et oublier les présupposés. » Un exemple ? « Le 11 septembre. Chaque adulte comprend la signification de cette date, mais ça ne fait pas partie de la culture d’un gosse de 10 ans. »

Un avis partagé par François Blaise, rédacteur en chef d’Okapi : « Nous considérons que le lecteur ne connaît absolument rien à rien, que ses prérequis sont nuls. Il y a donc un gros travail de vulgarisation. » Un effort qui demande du temps et qui s’accroît lorsque le sujet devient plus sérieux. « Les grandes problématiques du monde doivent être mises au niveau de l’enfant : si vous parlez de l’État islamique ou des naufrages en Méditerranée, il est nécessaire de clarifier les choses point par point », reprend Frédéric Fontaine.

Lexique pour mots complexes

Si les termes compliqués sont rares dans les revues jeunesse, leur utilisation est néanmoins possible, tant qu’ils sont définis. En découlent de nombreux petits encadrés qui servent de lexique. Dans Science & Vie Junior, on en retrouve une quinzaine par numéro. Contre 3 à 5 dans Science & Vie. Chromosome, savane, comics, FBI… La signification de tous ces mots est précisé. Un modèle reproduit également dans Mon Quotidien (pour les 9-12 ans) et L’Actu (12-16), les quotidiens jeunesse du groupe de presse Playbac, dont Olivier Gabelin est le rédacteur en chef adjoint : « On tient beaucoup aux mots complexes car on veut enrichir le vocabulaire des petits. Il faut donc expliquer car si le petit décroche, il ne fera pas l’effort de continuer la lecture. »

Quand vous écrivez pour un adulte, vous partez du principe que des choses sont implicitement sues. Avec un adolescent, il faut tout expliquer et oublier les présupposés

Frédéric Fontaine, rédacteur en chef de Géo Ado

Le conditionnel est également prohibé : c’est un temps difficilement maîtrisé par les enfants. Idem pour le second degré dont les jeunes ont du mal à démêler le vrai du faux. François Blaise d’Okapi s’en étonne chaque année : « Les faux articles pour le poisson d’avril, comme l’annonce d’un nouvel avion avec un McDo et une piscine à bord, 95 % de nos lecteurs y croient. » Ainsi, So Foot Club, version junior de So Foot, manie moins l’ironie dans ses textes, comme dans les titres qui sont plus informatifs.

Science et Vie Junior

Science et Vie Junior

S’adapter à un lectorat jeune reste donc un exercice bien spécifique. Difficile de briser le réflexe qui consiste à utiliser un langage d’adulte. Du coup, les rédacteurs ont un travail de réécriture dense. Pour un pigiste, le temps d’intégration de l’écriture jeunesse est particulièrement long. Surtout qu’il faut produire un effort de synthétisation conséquent. Compliqué pour un jeune de rester concentré sur un article de 10 pages. En règle générale, un magazine junior qui découle d’un titre phare compte moins de pages que son homologue pour adulte (82 pages pour So Foot Club contre 106 pour So Foot). De même pour les articles longs (10 pages pour le dossier de Science & Vie Junior présenté en couverture contre 17 pages pour celui de Science & Vie).

Un article de revue jeunesse doit en outre présenter de nombreuses entrées de lectures. Photographies, schémas explicatifs, dessins, infographies, encadrés, anecdotes de quelques lignes… L’intérêt ? « Éviter d’effrayer les enfants », répond Éric Maggiori, rédacteur en chef de So Foot Club. Il faut les capter et les divertir tout en les informant. L’image n’est plus seulement illustrative, elle peut remplacer complètement le rôle informatif d’une phrase.

Des heures au téléphone

Patatras

Patatras

Cet équilibre texte/image est particulièrement compliqué à trouver. Il réclame des interactions constantes entre le rédacteur et le maquettiste. « Le travail avec l’infographiste est délicat. Il faut faire passer les infos en un minimum de lignes », appuie Marie François, journaliste qui a longtemps pigé pour la presse jeunesse. Auriana Langlois, ancienne pigiste également, témoigne avoir passé « des heures au téléphone avec l’illustrateur » pour certains sujets. Chez Okapi, deuxième magazine pour adolescent le plus vendu, « on met autant de temps à choisir les images qu’à écrire l’article », confirme François Blaise.

Renouveler l’attention du lecteur, c’est aussi jouer sur l’étonnement. Prendre des chemins détournés pour aborder un sujet sérieux, traiter un évènement avec un regard d’enfant, voilà l’une des clés de la presse jeunesse. Le numéro de janvier 2013 d’Okapi en est une bonne illustration. Pour son dossier principal sur François 1er, l’article était présenté sous la forme d’un compte Facebook fictif du roi de France, avec des informations organisées en « billets » imitant le réseau social. « Un sujet comme ça, c’est un truc très chiant en temps normal, justifie le rédacteur en chef. Sous ce format, c’est différent : ça parle à l’enfant et il retient les infos beaucoup plus facilement qu’à l’école. »

mea-magazines-article-6raisons2_meavignettedynamique_normal_article_slideshowUNE EXCEPTION CULTURELLE MONDIALE La presse jeunesse est une véritable singularité française : non seulement le pays a été le premier à publier des journaux à destination des jeunes, mais il est aussi celui qui en compte le plus aujourd’hui. Les quotidiens de la maison d’édition Playbac n’ont, par exemple, aucun équivalent européen. Concernant le magazine enfant, François Blaise d’Okapi indique qu’il était considéré « comme un extraterrestre en Europe il y a vingt-cinq ans, et c’est encore le cas aujourd’hui dans le reste du monde ». C’est davantage la presse éducative que ludique qui fait la particularité de la France. Elle vise à favoriser l’épanouissement de la personnalité et le développement de l’esprit critique. Cette exception culturelle permet à certains groupes de presse, comme Bayard, d’exporter leur modèle.

À l’instar des magazines pour les tous petits – « où il faut créer du contenu autour des héros préférés des enfants », si on en croit Ingrid Gautier, éditrice chez Splash éditions –, la presse jeunesse dans son ensemble « est portée par les personnages », affirme la directrice de Disney Hachette France, Anne-Marie Labiny, dans les Clés de la Presse (avril 2013). C’est le cas pour Closer Teen avec ses stars du moment, mais aussi pour Géo Ado dans lequel les enfants du monde deviennent des héros.

Découverte de l’autre

« On essaye de montrer la place et l’implication de l’enfant, souvent à l’aide de portraits ou d’interviews, surtout pour les sujets qui traitent de guerre ou de catastrophe », atteste le rédacteur en chef du mensuel. Le séisme du Népal peut ainsi être évoqué sous l’angle des jeunes : comment se débrouillent-ils face à ce drame ?

Ce traitement de l’information permet de captiver le lecteur, mais participe également au rôle pédagogique revendiqué par les rédactions de presse jeunesse. « Notre but principal, c’est la découverte de l’altérité, continue Frédéric Fontaine. Géo Ado doit leur ouvrir la tête, leur montrer comment vivent les autres adolescents du monde, qu’ils soient sénégalais, péruviens, japonais ou allemands. »

CONCENTRATION. Les enfants ne pratiquent aucune autre activité lorsqu'ils feuillettent un magazine. Ce n'est pas le cas quand ils regardent la télévision ou surfent sur Internet. Photo DR

Pour cela, tous les sujets sensibles sont abordés : religion, terrorisme, guerre, sexe… À l’image du dossier de une d’Okapi daté du 1er mai 2015 et intitulé « Pourquoi tant de violences au nom de Dieu ? ». « Contribuer à l’éducation des enfants en partageant la connaissance, en les faisant entrer dans la complexité du monde, ça fait partie de nos missions, commente François Blaise. L’enfance, c’est la meilleure période pour leur apprendre à réfléchir et à devenir citoyen. »

Pas de sujets tabou donc, mais une éthique à respecter. Pas question de choquer les sensibilités par une photo trash ou un dessin humoristique de mauvais goût. Ce que rappelle Olivier Gabelin : « On peut tout dire mais on ne peut pas tout montrer. Lors du 11 septembre 2001, dans L’Actu, nous avons mentionné les gens qui se sont jetés des tours, mais nous n’avons publié aucun cliché. » La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse pose des conditions strictes à cet égard (absence de pornographie ou de violence), que ne connaît pas la presse adulte. Si l’on se réfère à l’opinion des enfants et des adolescents, la partie semble gagnée. Selon l’étude Junior Connect’ 2012, menée en mars 2012 par Ipsos (avec les groupes de presse Bayard et Milan), près de 50 % d’entre eux pensent que le magazine jeunesse est le meilleur support pour comprendre le monde qui les entoure et pour les aider à prendre confiance. Mieux : ils sont 60 % à affirmer qu’elle aide à développer l’attention et la concentration, quand 44 % des 7-19 ans considèrent que c’est le meilleur média pour mémoriser les informations.

Des médias trop légers ?

Sauf que comme l’association Jet d’encre, qui valorise la presse d’initiative jeune, tout le monde n’est pas du même avis. En cause : un vocabulaire trop primaire, un manque d’approfondissement des sujets et d’engagement citoyen. « Peu de médias ont parlé du mariage pour tous et de Charlie Hebdo, critique la déléguée à la communication, Édith Boulet. Et quand ils l’ont fait, c’était simplement pour faire un historique du journal satirique ou définir la liberté d’expression. »

MMarsolais
ÉDUCATION. La presse jeunesse représente un véritable enjeu pédagogique aux yeux des parents.
Photo : MMarsolais/CC/Flickr

Même constat pour Marlène Loicq, présidente du centre d’études sur les jeunes et les médias, qui s’indigne de cette différence de traitement entre adultes et jeunes : « Les jeunes ne sont pas idiots et ont leur propre jugement critique. L’éducation aux médias est nécessaire mais pas pour transformer des êtres naïfs en êtres éclairés. Peut-être justement qu’en s’adressant à eux dans le respect de ce sens critique, nous ferons progresser la presse jeunesse ? »

Une réflexion qui a poussé So Press a transformé le nom de sa revue So Foot Junior en So Foot Club. Si les lecteurs étaient satisfaits du contenu, ils estimaient que le mot junior les renvoyait à leur statut de gamins, explique Franck Annese, le créateur du groupe de presse, sur le site Les Clés de la presse.

Il importe donc de connaître parfaitement les jeunes et de comprendre leurs centres d’intérêt, leurs préoccupations, leur culture, leurs sujets de discussion pour produire un bon magazine. « C’est le cœur de la réussite de la presse jeunesse », juge Corinne Vorms, éditrice déléguée chez Bayard et Milan et membre du groupe la Presse jeunesse (Syndicat des éditeurs de la presse magazine). Car il existe une caractéristique propre aux magazines jeunes : l’évolution constante du lectorat, qui demande une remise en question systématique du contenu. « Quand vous êtes abonnés à Télérama, vous lui êtes fidèle pour longtemps. Les enfants abonnés à Astrapi (7-11 ans, NDLR), eux, ne le sont que pour maximum quatre ans. Un tiers du lectorat d’un magazine jeune part chaque année. »

L’enfance est la meilleure période pour apprendre à réfléchir et à devenir citoyen

François Blaise, rédacteur en chef d‘Okapi

Seule solution pour s’adapter : aller à la rencontre de ses lecteurs et interagir avec eux. « Notre rédacteur en chef de Phosphore répète toujours cette phrase : “Chez nous, ça ne sent pas la chaise.” Un journaliste qui ne bouge pas de son bureau a de grandes chances de fantasmer son lecteur et d’être hors-sujet », poursuit Corinne Vorms. Certaines rédactions se déplacent donc dans les écoles et lycées, dans les bibliothèques et médiathèques et même auprès des familles. Au programme : pré-lectures pour tester l’efficacité d’un article, entretiens et interviews, micros-trottoirs, ateliers philosophie, études statistiques… Les jeunes font parfois le chemin inverse pour assister aux conférences de rédaction.

Interaction Web à gogo

Les journalistes sont également présents sur les réseaux sociaux et les sites web, avec des appels à témoignages. D’autant que les enfants sont très actifs quand il s’agit de communiquer. Ce sont même « les champions du monde » pour envoyer des courriers numériques et laisser des commentaires sur Internet, selon le rédacteur en chef de Géo Ado. Une baisse du nombre de courriers est d’ailleurs le premier signe avant-coureur d’une baisse des ventes pour un magazine. Au Monde des ados, les échanges par mail ou réseaux sociaux sont depuis longtemps une tradition : chaque réaction de lecteur est suivie d’une réponse.

Bien entendu, la considération portée au lectorat paraît indispensable pour n’importe quel média. Sauf qu’elle est encore plus importante dans la presse jeunesse, au même titre que le soin apporté à l’écriture et au visuel. Des bases poussées à l’extrême pour contenter un enfant ou un adolescent. « Ce que j’enseigne en cours, c’est ce que je fais à Science & Vie Junior pour former mes élèves, affirme Fabrice Nicot, chef de rubrique du mensuel et professeur à l’École supérieure de journalisme de Lille. Quand vous maîtrisez cette forme d’écriture, vous pouvez écrire pour n’importe qui. » À condition de bien connaître celui qui vous lit.

so-foot-club-13So Foot Club (So Press), Closer Teen (Mondadori), Tout sur l’histoire (Fleurus Presse)… Ces titres font partie des magazines jeunesse sortis en 2013 ou 2014. Ils ne sont pas seuls : une cinquantaine de nouvelles revues à destination des enfants est recensée chaque année en France. Certaines ne survivent pas longtemps. Les mensuels sont ceux qui marchent le mieux : 57 % des jeunes en ont lu un dans le dernier mois (tout âge confondu) contre 33 % pour le bimestriel ou 8 % pour le bimensuel. Rien d’étonnant donc à voir une marque à succès comme So Foot lancer son petit frère en parution mensuelle. Source : Étude Junior Connect’ 2014 (Ipsos) et Prestalis.

“Beaucoup veulent surfer sur la vague jeunesse”
Photo DR

Ancienne rédactrice en chef de Jeunes années, l’une des premières revues pour adolescents en France, Lisette Morival a ensuite été directrice des rédactions de Disney Hachette Presse. Aujourd’hui à la tête de sa propre société de magazines pour le jeune public, elle propose une vision critique d’une presse jeunesse omniprésente. Et évoque plusieurs pistes pour la maintenir en bonne santé.

Photo DR

Photo DR

Que représente la presse jeunesse en France ?

Elle fait à 100 % partie de la culture média. Car elle est présente partout : dans les familles, dans les bibliothèques, dans les écoles… Même chez les pédiatres. Elle fait partie intégrante du patrimoine français.

Elle n’échappe cependant pas à la crise de la presse. Quels sont les magazines les plus touchés ?

Les revues à destination des adolescents souffrent énormément. Ils ont pris un gros coup sur la tête durant ces trois dernières années. Aussi bien les magazines généralistes, comme Le Monde des ados, que les « magazines people », comme Fan 2.

Comment doivent-ils évoluer ?

Des groupes de presse, comme Fleurus, se sont bien adaptés aux nouvelles exigences du public, notamment en ce qui concerne le numérique. Actuellement, quand un lecteur est abonné au magazine, il peut aussi recevoir sa revue en PDF, avec des animations supplémentaires. Et on sait comme les jeunes sont férus de tablettes. Le premier pas, c’est donc de prendre conscience que le papier ne peut pas vivre seul, qu’il faut des supports complémentaires. C’est encore plus vrai que pour la presse adulte. Par ailleurs, il faudra sérieusement diminuer le nombre de magazines en kiosque car cette presse est en train d’étouffer. Il y en a trop. Les gens ne savent plus quoi choisir. À l’avenir, il y aura moins de produits, plus de qualité et des produits bi, voire trimédias.

Les magazines jouent-ils le rôle éducatif qu’on attend d’eux ?

Il y a tellement de magazines dans les rayons jeunesse que ce serait prétentieux de penser que tout est bon. Beaucoup de nouveaux magazines opportunistes, surtout ceux destinés aux enfants en bas âge, veulent surfer sur la vague jeunesse. Et ces médias n’ont aucun intérêt : le texte est complètement redondant avec l’image par exemple, ce qui ne sert strictement à rien. Pédagogiquement, c’est zéro.

De nombreux emplois de journalistes sont pourtant consacrés à ces titres destinés aux plus petits.

Fet F Premiers secrets du tissage

JEUNES ANNEES 1956. L’un des premiers magazines jeunesse parus en France, après Le Journal de Mickey. DR

Le journalisme commence quand on prend une information pour l’analyser et pour en tirer un angle. Ce n’est pas le cas pour les revues destinées au moins de 7 ans, qui nécessitent davantage un travail d’auteur, de pédagogue. Les gens ont la carte de presse, mais écrire une histoire sur Bamby ou créer un jeu des sept erreurs, ce n’est pas du journalisme.

Comment produire un magazine de qualité ?

Un bon magazine jeunesse, c’est avant tout une vraie connaissance des jeunes. Trop de monde se lance dans cette niche en se disant qu’il suffit de faire de l’adulte simplifié ou de produire ce qui existe déjà. En réalité, il ne faut jamais perdre le contact avec le terrain, ne jamais perdre de vue ce qui fait la satisfaction de l’enfant ou de l’ado, que ce soit en termes d’histoires, d’intérêts ou de graphismes. L’idée, c’est de comprendre ce qui les entoure, pour ensuite interpréter ces observations et les passer au tamis de nos propres valeurs. En clair, il faut trouver le bon mix entre ce qui les intéresse et ce qu’on veut leur apprendre. Et ça ne tombe pas du ciel.

Science & Vie Junior : arrêt sur images
Photo Florian Cadu

Si proche si loin. Au quatrième étage du bâtiment de Mondadori France, groupe d’édition qui les édite, un large espace, occupé par des salles de réunion et des espaces téléphoniques, sépare les rédactions de Science & Vie et de Science & Vie Junior. « Normal, Science & Vie Junior est totalement indépendant, revendique Fabrice Nicot, chef de rubrique du mensuel. Nous ne travaillons jamais avec nos confrères de Science & Vie. À la limite, il nous arrive de manger ensemble. »

Côté Junior, l’open space dédié à la maquette est rempli, chacun est à son poste. Il tranche avec celui, presque vide, de la rédaction, où seulement deux journalistes sont présents en ce début de mois de mai. Étonnant, puisque c’est plutôt l’inverse chez Science & Vie. « Nos collègues rédacteurs nous ont abandonnés, ils sont en vacances, sourit Fabrice Nicot. De toute façon, le visuel est plus important que le texte ici. »

L’illustration est d’ailleurs le premier facteur à prendre en compte lorsque l’équipe réfléchit à un article. C’est même un « filtre pour les choix des sujets », selon Jérôme Blanchart, l’un des rédacteurs en chef. Chaque mois, des thèmes sautent, faute d’images. Car dans le magazine, la moindre petite brève s’accompagne d’une illustration.

Les maquettistes, journalistes à part entière

Et cette problématique amène son lot de chamailleries. Aujourd’hui, c’est la présence d’une colonne de texte supplémentaire qui fait débat dans le coin maquette : « Ça fait trop d’écrit dans la page, faut pas déconner ! » Ici, comme dans de nombreux magazines, les maquettistes sont appelés « rédacteurs graphistes ». Une qualification qui revendique leur statut de journaliste à part entière. Ce que confirme Florence Ragueneau, directrice artistique : « Plus qu’une vulgarisation scientifique écrite, la revue est marquée par une vulgarisation imagée. On donne énormément de place aux photos. On a même des pages dédiées uniquement à l’image. »

Ainsi, le numéro de mai 2015 propose deux portfolios, dont un qui s’étale sur quatre doubles pages. Des éléments introuvables dans Science & Vie, revue pourtant richement illustrée. « L’illustration est fondamentale pour accrocher les jeunes, reprend Florence Ragueneau. On se met constamment à leur place pour construire nos pages. C’est une gymnastique difficile à acquérir. » En pratique, les pages de Science & Vie Junior sont plus déstructurées, plus vivantes, moins formatées que celles de Science & Vie. Tout est fait pour pousser l’adolescent à débuter ou continuer sa lecture. Les pages se suivent mais leurs organisations ne se ressemblent pas.

Outre les photographies et l’agencement des pages, Science & Vie Junior propose de nombreuses infographies (une dizaine par numéro, soit environ deux fois plus que Science & Vie). « Mon activité principale, c’est de les rendre lisibles, explique Aurelia Lieberherr, première secrétaire de rédaction. Il faut bien garder en tête que nous travaillons pour un public diversifié, qui va de l’enfant de 10 ans à l’adolescent de 17. Chaque illustration doit donc être compréhensible de tous. »

S&V

Des titres 100 % informatifs

Mais pour elle, la vraie différence avec Science & Vie se situe dans les titres. « Ils doivent être à la fois très incitatifs pour capter le jeune lecteur, mais aussi informatifs pour qu’il puisse les comprendre. » Un enfant, qui a forcément moins de culture et de connaissance qu’un adulte, a plus de chance de passer à côté d’un jeu de mots ou d’un clin d’œil culturel. et de donner un exemple. « Celui-ci n’aurait jamais dû passer », dit-elle en désignant une page où on peut lire « Plus Led la vie », qui renvoie à la série de France 3.

Si le titre ne parle pas au jeune, il n’a pas de deuxième chance : « Contrairement aux lecteurs de Science & Vie qui sont à la recherche d’informations et qui vont au-delà de la forme, le public de Junior lit un article pour son titre. » Exit les références au cinéma ou à la musique, bannis les calembours intellectuels. Les titres se démarquent par l’emploi pesque abusif de points d’interrogation, d’exclamations ou de suspension.

Un adulte intéressé par les sciences n’a pas besoin d’une véritable incitation pour ouvrir son mensuel, au contraire des enfants ou des adolescents

La titraille doit rendre compte de l’angle choisi pour un sujet. Et cet angle est primordial pour attirer le jeune public. « Prenons cette couverture, propose Jérôme Blanchart en s’emparant d’un numéro. Elle est titrée : “Comment devient-on un génie ?” Or, le sujet de base porte sur les cerveaux anormaux que possèdent les autistes et les autres personnes aux capacités cérébrales exceptionnelles. Mais si on écrit “Pourquoi les autistes ont des capacités extraordinaires ?”, c’est pas fun et le gamin ne se sent pas impliqué. » Si les sujets abordés dans Science & Vie Junior et Science & Vie peuvent être identiques, dans le premier ils seront davantage axés vers le côté spectaculaire ou futuriste. Le second, lui, s’en tiendra au domaine factuel. « Un adulte intéressé par les sciences n’a pas besoin d’une véritable incitation pour ouvrir son mensuel, au contraire des enfants ou des adolescents », estime le rédacteur en chef. En témoigne le nombre d’images sur les couvertures : une seule pour Science & Vie contre quatre pour Junior.

Une différence de mise en page qui est loin d’être anodine. Elle marque une nette frontière entre les deux concepts éditoriaux. Si Science & Vie existe avant tout pour nourrir les appétits scientifiques du grand public, la mission première de Junior est tout autre. « Nous ne réalisons pas le petit frère de Science & Vie, certifie Fabrice Nicot. Nous, notre grand désir, c’est de susciter des vocations scientifiques chez les petits. » D’où la véritable mise en scène visuelle de l’information. Pour instruire les savants de demain par l’image.