La “silver economy” des loisirs

Une partie des seniors ont un réel pouvoir d’achat. C’est une clientèle très en demande d’activités culturelles et de voyages.  Une clientèle sur laquelle comptent les acteurs du tourisme et de la culture en Touraine.

Pascale prépare l’ouverture de l’agence Eden Tours. Lunettes sur le nez, la conseillère voyage déballe un carton rempli de brochures siglées Fram. Au même moment à l’étage de l’Office du tourisme de Tours, Simone organise l’accueil de groupes qui souhaitent visiter la Touraine. Voyage en car, visites de châteaux, repas… il y en a pour tous les goûts. Toujours en centre-ville, Adrien, jeune directeur du cinéma CGR, s’attelle à la programmation des retransmissions d’opéra sur grand écran. Pascale, Simone et Adrien ont un point commun : leurs principaux clients sont des seniors.

13115906_10208917072302397_2117271415_n

Avenue de Grammont, l’agence Eden Tours donne la tendance pour les prochaines vacances. Valises disposées sur le sol, bambou au mur, le décor donne tout de suite un air de vacances. Pascale est, à 56 ans, une senior qui conseille les seniors. « Ce sont les retraités entre 70 et 75 ans qui voyagent le plus », explique-t-elle. Les quinquagénaires voyagent beaucoup, eux aussi. « Le Vietnam, la Thaïlande et l’Asie du Sud sont très populaire en ce moment. Il y a toutefois des valeurs sûr, comme l’Ouest Américain, New York, et la Floride, jamais boudées », poursuit-elle tout en continuantson va-et-vient entre le fond de la remise et son bureau.

Elle le reconnaît, les 50-60 ans sont une clientèle privilégiée des opérateurs de tourisme. « Il faut savoir cibler. L’expérience nous montre que les jeunes seniors aiment partir en voyage entre amis. » Sur l’ensemble de la clientèle de l’agence, un tiers sont des retraités de 65 ans et plus. On les retrouve environ deux fois par an, au printemps puis en été. « En ce moment, ils se ruent tous vers la Grèce, le Portugal et la Crète. » Et le budget ?  « Même s’ils sont conséquents, ils ne sont pas non plus exorbitants. Ils avoisinent les 1000 euros par personne », détaille-t-elle. De l’autre côté de la vitrine, plusieurs passants s’arrêtent pour scruter les offres de la nouvelle saison.

A quelques pas de la gare, un des deux cinémas du centre-ville. Adrien Gacon est, à seulement 27 ans, le directeur du  CGR de Tours Centre. Dans son bureau, une immense affiche d’X-Men vole la vedette au poster de Zootopie. Mais à bien y regarder, on peut aussi entrevoir des promotions pour un tout autre type de spectacle : des opéras et des ballets. Ils sont proposés depuis cinq ans au public tourangeau. « La demande est là on sait qu’elle existe, et nous essayons d’y répondre pour toutes les catégories de spectateurs », explique Adrien. Toutes les catégories sans doute, mais c’est une clientèle de seniors dynamique et citadine qu’il essaye de satisfaire en priorité. « Si cette offre s’adresse à tout le monde avec pour objectif premier de populariser les opéras auprès d’une clientèle non initiée, force est de constater que la majorité des clients sont des seniors », reconnaît-il.

Le tarif est unique, 19 euros pour un spectacle en direct et sur grand écran. Moins chèr et plus accessibles que les spectacles originaux donc.  Mais il ne faut pas croire que les seniors se cantonnent aux à ces représentations. Ils se déplacent également pour un blockbuster américain ou une comédie française. « Ils représentent près de 15 % de notre clientèle. » On remarque leur présence surtout l’après-midi et en période de faible affluence. Ainsi, à 15 h 30, quand on pousse la porte du complexe, on note peu de jeunes. Mais une dizaine de retraités patientent dans le hall d’entrée.

« Le pouvoir d’achat est forcément là »

Au premier étage de l’Office du Tourisme de Tours, toutes les portes restent ouvertes. La mission se Simone et de son équipe est de vendre et d’organiser des séjours touristiques dans le Centre-Val-de-Loire. Les seniors sont « adeptes des voyages de groupe », selon la responsable.

Les associations sont, elles aussi, très demandeuses de ce type de séjours. « Nous recevons beaucoup d’anciens des écoles d’ingénieurs ou des arts et métiers. » Comme pour Eden Tours, le plus gros de la clientèle, ce sont les seniors de plus de 70 ans. Ce qui les attire le plus en Touraine ? Les châteaux de la Loire, bien sûr. D’après une enquête de l’Observatoire de l’économie et des territoires de Touraine, Chenonceau, avec ses  avec 850 000 entrées annuelles, serait le deuxième château le plus visité en France après celui de Versailles. Les châteaux d’Amboise, d’Azay-le-Rideau, de Chenonceau, de Chinon, du Clos Lucé à Amboise, de Langeais, d’Ussé, de Villandry et le Donjon et château de Loches sont parmi les dix monuments les plus visités en Touraine.

Pour visiter un château, il faut compter 10 euros par personne minimum, auxquels s’ajoutent guide, déjeuner et car. A la fin de la journée la note avoisine les 80 euros par personne, sans compter la nuit d’hôtel. « Tous ceux qui achètent un voyage chez nous ont un certain budget. »

La moyenne de séjour est plutôt courte en groupe : « Ce style de clients reste deux ou trois jours. » Ils ne souhaitent pas s’éloigner trop longtemps de chez eux. Les téléphones ne cessent de sonner, le tourisme se porte apparemment bien en Val de Loire. Simone le reconnaît, « si nous n’avions plus cette clientèle senior, notre activité baisserait assurément ».

Hugo NOIRTAULT et Manon VAUTIER-CHOLLET

La suite de notre enquête

« Nous n’allons pas au-delà de nos moyens financiers »

Pour aller plus loin

La bonne santé des résidences médicalisées